Craponne • Orientations budgétaires 2018, la ville continuera à investir

Lors du conseil municipal de Craponne le jeudi 18 janvier, les élus et les conseillers se sont prononcés sur le Débat d’orientations budgétaires (DOB) pour l’année 2018. Adopté à l’unanimité, même si les chiffres ne sont pas définitifs, la situation financière de la ville est saine et Craponne continuera d’investir.

Le réaménagement de la place Charles de Gaulle à Craponne fait partie des projets de la municipalité • Crédit photo : thiate.fr

 

Le conseil municipal a échangé sur les orientations budgétaires 2018, obligatoires pour les communes de plus de 3 500 habitants. L’objectif de Craponne est de poursuivre sa capacité d’auto-financement tout en continuant à investir. Élisabeth Pigat, adjointe déléguée aux Finances a précisé qu’“à l’occasion du bilan de mi-mandat, les marges de manœuvre financières dégagées entre 2014 et 2017 ont permis de lancer de nouvelles opérations sans prendre de risques financiers pour la commune. Et la capacité d’autofinancement supplémentaire nous permet de continuer à investir”.

Parmi les principaux investissements payés en 2017 : les travaux de réhabilitation de l’école Philippe Soupault qui représentent 1, 538 millions d’euros, le lancement de l’extension de la salle de sports Olympie pour 38 000 euros, la création d’une classe dans l’école du centre pour 18 000 d’euros et la sécurisation des écoles pour 16 000 euros. Mais encore la mise en accessibilité des bâtiments communaux (174 000 euros), le matériel de désherbage des espaces verts (71 000 euros), les travaux dans les crèches (61 000 euros), le mur d’escalade du gymnase Jean Rostand (34 000 euros), la rénovation de la salle des enfants (126 000 euros) et l’équipement informatique de l’école du centre (20 000 euros).

Et pour 2018 ?

La municipalité confirme le maintien du même taux d’imposition pour la 15e année consécutive. Il n’y a aura pas de nouvel emprunt en 2018 et donc pas d’endettement supplémentaire. La commune souhaite également maintenir ses dépenses générales tout en limitant les dépenses de personnel. En janvier 2018, la collectivité compte 86 agents permanents et 66 agents non permanents ou remplaçants - postes essentiellement occupés par des animateurs, des agents d’entretien, les services civiques ou encore des vacations -. Deux agents municipaux permanents ont été recrutés pour 2018, un quatrième policier et un agent chargé des cartes d’identité et des passeports.

Suite au contrôle et au rapport de la Chambre Régionale des Comptes du 13 janvier 2017, la commune a aussi décidé de suivre sa recommandation qui est de prendre en charge la participation du Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (Sivu) de la gendarmerie jusqu’alors prélevée sur les feuilles d’imposition des contribuables. Ceci représente 70 000 euros et sera intégré au budget communal.

Conseil municipal à Craponne, jeudi 18 janvier 2018 • Crédit photo : thiate.fr

 

Craponne poursuivra ses projets. Parmi ceux lancés, le city parc de la Tourette en phase de travaux, la reconstruction du gymnase Rébuffat et la création d’une salle Rébuffat en phase d’étude. Jusqu’à la fin du mandat en 2020, la municipalité prévoit également de participer à la fusion du musée de la Blanchisserie et du musée du Blanchisseur de Grézieu-la-Varenne, la construction d’un centre technique municipal, l’aménagement d’une école de musique, l’embellissement de la place Charles de Gaulle devant la mairie, la rénovation des piles d’aqueducs et l’aménagement d’un parking au 122 de l’avenue Pierre Dumond.

La réforme de la Taxe d’habitation inquiète l’opposition

“Ils ont dit que euro après euro, ils rembourseront ce qu’ils nous devraient. Je ne suis pas inquiet pour les trois années à venir en tout cas”, a fait savoir le maire, Alain Galliano, plutôt confiant envers les promesses du gouvernement.

Pour l’opposition, l'inquiétude est palpable. Patricia Vallon de la liste “Un nouvel Élan pour Craponne” a manifesté sa crainte face à cette réforme et au vu des projets à venir de Craponne. Françoise Pelorce de la liste “Craponne à venir”, elle, se dit “pessimiste” quant à la compensation à l’euro près : “Nous savons qu’une commune n’est jamais compensée entièrement mais Craponne n’est pas dans le rouge donc nous pourrons quand même vivre”, a-t-elle déclaré. Cette dernière a également fait savoir qu’elle estimait que le budget octroyé pour le musée de la blanchisserie était un peu mince compte tenu de la collection et a suggéré de prendre en considération l’accès des personnes en fauteuil roulant dans le projet de réaménagement de la place Charles de Gaulle. Françoise Perloce a également réitéré sa demande de mettre en place un dispositif de cellule de veille, face aux actes d’incivilité qui se multiplient à Craponne.

Le budget primitif 2018 sera voté en conseil le jeudi 27 février prochain.

• Céline Giraud

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz