Accident du tunnel de Fourvière : le chauffeur sera rejugé

Le chauffeur du poids lourd qui s’était encastré sous le tunnel de Fourvière le matin du 28 septembre, a été convoqué au tribunal correctionnel ce lundi 15 janvier. La Métropole de Lyon, partie civile, a estimé que la sanction prononcée n’était pas assez sévère et a décidé de faire appel.

Jeudi 28 septembre 2017 au matin, l'accident sous le tunnel de Fourvière a créé une paralysie du secteur pendant plusieurs heures • Photo DR

 

Le procureur avait demandé la peine maximale soit un an de prison avec sursis, 4 500 euros d’amende et cinq ans d’interdiction de conduire. Le chauffeur du poids lourd a finalement été condamné à trois mois de prison avec sursis, 2 250 euros d’amende et un an d’interdiction de conduire un poids lourd, par la 7e chambre correctionnelle ce lundi 15 janvier. Au lendemain de la décision, le parquet a fait savoir qu’il ferait appel estimant la peine prononcée pas assez sévère.

Le matin du 28 septembre 2017 peu après 8 heures, le chauffeur d’un convoi exceptionnel s’était encastré sous le tunnel de Fourvière provoquant une paralysie du tunnel nord-sud pendant plusieurs jours. Le camion transportait une tractopelle dont le bras qui était trop haut avait arraché sur son passage une vingtaine de dalles de béton qui soutenaient le système d’aération. Âgé d’une trentaine d’années, le chauffeur et directeur d’une société de travaux publics qui emploie huit salariés a reconnu son erreur. Il a expliqué devant le tribunal correctionnel qu’il avait dû prendre le volant de ce convoi exceptionnel parce que son chauffeur habituel était malade ce jour-là. Il n’avait, en revanche, pas le permis nécessaire de la catégorie, à savoir, le permis super lourd. Il ne connaissait pas non plus les contraintes réglementaires comme la déclaration préalable en préfecture et l’interdiction aux poids lourds de franchir le tunnel, sauf dérogation.

Le montant des préjudices n’est pour l’heure pas encore estimé mais la facture des travaux de réparation du tunnel s’annonce salée. La question de savoir qui payera la note reste également en suspens. La Métropole ou l’assurance du chauffeur ? La Métropole a fait savoir qu’elle refusait de payer. Une première réunion de concertation doit avoir lieu le 24 janvier prochain.

• thiate.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz