Craponne • Le PLU-H est adopté malgré les contestations sur la voie Romaine

Le conseil municipal du mardi 12 décembre a été quelque peu alimenté par les opposants à l’ouverture de la Voie Romaine. Une dizaine d’habitants s’étaient rassemblés devant la mairie pour montrer leur désaccord. Le Plan Local d’Urbanisme et d’Habitat (PLU-H) était à l’ordre du jour et même s’il a été adopté à l’unanimité, les groupes de l’opposition ont fait part de leurs remarques.

 

Au nord de la voie Romaine à Craponne, l'impasse où les travaux d'aménagements doivent être réalisés en 2020 • Crédit photo : thiate.fr

 

Les élus et les conseillers de Craponne ont émis un avis favorable au PLU-H concernant les 59 communes de la Métropole de Lyon, décision arrêtée par celle-ci le 11 septembre dernier. Les communes avaient trois mois pour donner leur avis sur le nouveau PLU-H. “Cela a représenté un énorme travail de plusieurs mois. L’objectif du nouveau PLU-H est de renforcer la dynamique économique de l’agglomération et d’affirmer la centralité de Craponne dans le bassin de vie de l’Yzeron”, a précisé le maire de Craponne, Alain Galliano. Située dans le bassin de vie du Val d’Yzeron composé de Charbonnières-les-Bains, Marcy-l’Étoile, Saint-Genis-les-Ollières, Tassin-la-Demi-Lune et Francheville, Craponne serait considérée comme un lieu privilégié de développement. Ses objectifs sont de rester une commune attractive et dynamique, de conforter ses atouts en termes de commerce, de services et d’activités, de maîtriser la densification de son centre-ville et de protéger ses zones naturelles.

Plan de zonage du nouveau PLU-H de Craponne • Visuel Métropole de Lyon

 

“Il s’agit de la feuille de route de l’agglomération lyonnaise pour les prochaines années. Les souhaits de la commune ont été discutés avec la Métropole et en partie retenus. Nous n’étions pas dans l’opposition mais dans la construction d’un projet d’avenir”, a souligné  François Pastré, adjoint aux travaux et à l’urbanisme. Le plan de zonages a été établi selon les règles. La mairie a réussi à obtenir un accord avec la Métropole concernant le Volume Enveloppe Toiture Couronnement. Les hauteurs d’immeubles ne s’abordent plus en termes d’étage mais en termes de niveau de 2,45 mètres. Suite à la décision prise avec la Métropole, la hauteur maximum des immeubles est fixée à douze mètres, “c’est un des combats de la commune de limiter les hauteurs”, a rappelé l’adjoint. Le secteur  La Galoche-Vieux Village et le hameau de la Peluze entrent dans le périmètre d’intérêt patrimonial afin de préserver au maximum leur caractère. Deux secteurs en limite de zone naturelle ont été identifiés, au nord vers le Ratier et au sud près du cimetière, en prévision de leur extension. Quant à la zone de mixité, elle sera étendue à des zones dites résidentielles. Avec le nouveau PLU-H une vingtaine d’Éléments Bâtis à Préserver (EBP) ont été identifiés, contre deux avec l’ancien Plan d’urbanisme.

Développer les modes doux

De nombreux cheminements pour piétons et cycles devraient voir le jour avec le nouveau PLU-H.  “L’objectif est de permettre aux Craponnois de relier les quartiers entre eux”, a précisé François Pastré. Parmi les projets, un chemin piéton devrait être créé entre l’avenue Édouard Millaud et la Voie Romaine, une liaison est aussi prévue entre la rue Centrale et la rue Jean-Claude Martin ainsi qu’une autre, entre la rue des Cailloux et la rue de la Tourette. La voie Leol sera privilégiée en confortant la rue Centrale comme réservée aux modes doux et aux transports en commun, l’idée étant d’instaurer une circulation cadencée pour les riverains et les modes doux en heure de pointe, accessible à tous en heure creuse.

Une population vieillissante

Pour Françoise Perloce de la liste d’opposition “Craponne à venir”, le maillage des zones douces est insuffisant et la construction d’un parc relais serait nécessaire. Elle s’est également inquiétée du vieillissement de la  population. “Un quart des Craponnois est âgé de plus de 60 ans et une population qui vieillit est une ville qui meurt. Je pense que c’est en partie dû au prix des logements qui représente 1 400 euros le mètre carré. Je demande d’élargir la zone de mixité”, a-t-elle confié.

Non à l’ouverture de la Voie Romaine

Patricia Vallon de la liste d’opposition “Un nouvel élan pour Craponne”, a exprimé le mécontentement des riverains de la Voie Romaine - dont quelques-uns assistaient au conseil municipal -. “L’ouverture de la Voie Romaine permettra peut-être de désengorger la RD 489 (avenues Édouard Millaud et Pierre Dumond) et d’améliorer la circulation au niveau du carrefour de l’avenue Damichon. En revanche, la hausse du trafic routier sur cette voie, impactera considérablement le cadre de vie des riverains”. La conseillère a demandé que l’aménagement soit pensé dans un projet global avec le futur pôle multimodal d’Alaï et l’Anneau des sciences. “Si la Voie Romaine est ouverte en haut comme en bas, on assistera à un délestage. Elle deviendra un axe de transit qui pourrait même avoir un impact sur les commerces car les usagers ne s’arrêteront plus à Craponne. Quant aux 72 places annoncées, du parc relais de Grézieu, elles sont ridicules par rapport au nombre de véhicules qui transitent par Craponne”, a-t-elle ajouté. Une crainte pour la plupart des riverains. “Nous refusons que la Voie Romaine devienne le deuxième grand axe de Craponne”, a chuchoté le président de l’association “Mieux vivre sur la voie romaine”, Dominique Bouvier, présent mardi soir.

Les banderoles des opposants fleurissent sur la voie Romaine • Crédit photo : thiate.fr

 

Alain Galliano s’est étonné de voir que ce sujet devenait une affaire politique puisque la veille, la Métropole avait fait savoir qu’elle décidait de suspendre du Plan Pluriannuel d’Investissement - voté il y a trois ans - la partie qui concernait Craponne. “Nous parlons de 260 mètres d’ouverture, il faut relativiser, c’est un petit chemin, ce n’est pas une grande voirie. Cela fait 25 ans que je me bats pour cette Voie Romaine. Le dernier combat en date était celui de la montée des Amandines où il était logique d’aller tout droit. À l’époque ça a fait du bruit et finalement aujourd’hui tout va bien”, s’est défendu le maire de la ville. “Cela fait 25 ans que nous y pensons. Le carrefour entre l’avenue Damichon et la RD 489 n’est pas sécuritaire parce que pour tourner à droite, avec les piétons à laisser passer, ça crée une thrombose dans la rue. Pourquoi obliger les automobilistes, sur la Voie Romaine, qui veulent aller tout droit, à entrer dans le centre-ville ? Il nous paraît évident de finir cet aménagement qui désengorgera le centre-ville”, a-t-il ajouté.

Le PLU-H sera soumis à une enquête publique entre avril et mai 2018 et une réunion publique sur l’ouverture de la Voie Romaine sera organisée en mars ou en avril 2018 dans le cadre de cette concertation.

• Céline Giraud

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz