Saint-Symphorien-sur-Coise • Boutique à l’essai, six mois pour tester son activité

Inédit dans les Monts-du-lyonnais et dans le Rhône, une boutique à l’essai s’installe à Saint-Symphorien-sur-Coise. Cette démarche a pour objectif de redynamiser le centre-bourg et de permettre à un commerçant de tester son projet pendant six mois.

Lancement officiel de la boutique à l'essai, ce mardi 21 novembre 2017 à Saint-Symphorien-sur-Coise • Crédit photo : CCMDL

 

En expérimentation partout en France, il existe déjà plus d’une vingtaine de boutiques de ce genre. Comme son nom l’indique, grâce à cette mesure, un entrepreneur peut tester, pendant six mois renouvelables une fois, la faisabilité d’un commerce dans des conditions facilitées : accompagnement dans la création d’entreprise, kit de communication, etc. Le tout dans un local dont le loyer a été négocié par l’intercommunalité auprès d’un bailleur privé.

La première boutique à l’essai a vu le jour à Noyon dans l’Oise, en 2013. Cette opération originale a beaucoup fait parler d’elle et a rencontré un fort succès.

• Crédit photo : thiate.fr

Après cet essai, cinq boutiques se sont créées dans la même rue et deux autres boutiques à l’essai se sont installées dans la commune. Cette initiative a réellement un effet d'entraînement”, Marine Allain, chargée de mission en commerce et artisanat au sein de la Communauté de commune des Monts-du-lyonnais.

Après avoir adhéré à la Fédération nationale des boutiques à l’essai en avril 2016, l’intercommunalité a pris la décision cinq mois plus tard de se lancer dans l’aventure. Aucune boutique à l'essai n’existait encore en zone rurale dans le Rhône. La commune de Saint-Symphorien-sur-Coise a immédiatement été sélectionnée pour accueillir l’opération. “C’est une commune qui travaille beaucoup sur la dynamisation de son centre-bourg”, souligne Marine Allain. La municipalité a mené récemment une étude sur son tissu commercial. Les activités en place mais aussi celles qui pourraient être potentiellement viables ainsi que les locaux commerciaux vides qui pourraient être remis en activité ont été recensés.

L’appel à candidature est maintenant ouvert à tous et à tous types de produits. L’objectif est de permettre à des personnes de tester leur idée, de créer un commerce et de susciter l’esprit entrepreneurial.

Un local de 55m2

Le local retenu appartient à un bailleur privé. Actuellement vide, il est parfaitement adapté pour un commerce. Le propriétaire a immédiatement répondu favorablement au projet et a même réalisé des travaux d’aménagement, notamment d’électricité et de plomberie, pour que le candidat puisse investir les lieux dans les meilleures conditions. “Il y a une volonté forte du propriétaire qui s’est engagé à signer un bail commercial dérogatoire de six mois renouvelables une fois”, précise Marine Allain. Le propriétaire s’est aussi engagé à ne pas augmenter le loyer de plus de 10% après la période de test. Pour 375 euros par mois, le candidat retenu disposera d’une surface commerciale de 35 m2 avec 10m2 de réserve et 10m2 de cave. Située 31 rue centrale, en face d’une boulangerie et d’un primeur, la boutique à l’essai jouira d’une bonne visibilité dans cette rue passante. Un logement est également disponible au-dessus du local.

L'intérieur de la boutique à l'essai • Crédit photo : CCMDL

 

Un accompagnement par l’intercommunalité

La Communauté de communes des Monts-du-lyonnais jouera un rôle d’entremetteur et de facilitateur pour permettre au commerçant de mettre en place son projet. Avant l’installation, les candidats ayant répondu à l’appel à projet seront accueillis par la Communauté de communes qui les aidera dans leurs démarches et leur remettra le dossier de candidature.

Un comité de sélection composé de membres de la Communauté de communes des Monts-du-lyonnais, de la commune de Saint-Symphorien-sur-Coise, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, de partenaires et de groupements de professionnels - “Oser les Monts-du-lyonnais”, le Club d’entreprises et l’Union des commerçants “Coeur de village” -, choisiront, en février 2018, le projet le plus viable économiquement et financièrement. La chargée de mission“Le candidat devra avoir identifié son projet et présenter ce qu’il pense pouvoir en retirer” insiste la chargée de mission.

Le candidat retenu pourra s’installer au printemps 2018 et bénéficiera d’un soutien de l’intercommunalité, de dix heures d’accompagnement à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon ainsi que d’une place réservée à l’intégration d’un groupe de démarche qualité, pour suivre un coaching individuel. La Communauté de communes aidera également à la médiatisation du commerce à l’essai. La vitrine sera stickée “Ma boutique à l’essai”, une conférence de presse sera organisée à l’ouverture de la boutique et l’intercommunalité diffusera l’information sur son site internet et sur les réseaux sociaux. Le commerçant disposera également de deux numéros de ligne directe, en cas de besoin, un à la Communauté de communes de Monts-du-lyonnais et l’autre à la Chambre de commerce. Il devra, en parallèle, mettre tout en oeuvre pour que l’essai se transforme en réussite. “Nous donnons toutes les clés mais c’est au commerçant de réussir à porter son projet et de s’envoler”, confie Marine Allain.

Boutique à l'essai, 31 rue Centrale à Saint-Symphorien-sur-Coise • Crédit photo : CCMDL

 

La Communauté de communes, l’État par le biais du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac) ainsi que les Chambres des Métiers et de l’Artisanat du Rhône et de la Loire, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon Métropole, Saint-Étienne Roanne et OSER, ont lancé leur nouvelle opération collective en milieu rural 2017-2019. L’exploitant pourra prétendre à cette subvention artisanale et commerciale destinée aux projets de création ou de reprise d’entreprise notamment, pour l’aider dans ses travaux d’aménagement ou encore pour ses achats de matériel. Parmi les conditions, entre autres : vente en direct auprès du consommateur (vente en B to C), réaliser moins d’un million de chiffre d’affaires, disposer d’une surface de vente de moins de 300 m2 et embaucher moins de dix salariés équivalant temps plein. L’aide représente 20% des dépenses réalisées qui doivent se situer dans une fourchette de 5 000 euros à 50 000 euros HT, soit environ 1 000 à 10 000 euros d’aides sur deux ans.

Et après six mois ?

Le commerçant testera son activité pendant une durée de six mois dans un premier temps. À l’issue de cette période, il pourra décider de repartir pour six nouveaux mois d’essai. Si l’activité est pérenne, l’exploitant pourra se maintenir en place dans le local et signer un bail commercial avec le propriétaire. Dans le cas contraire, un nouvel appel à candidatures sera lancé. Si ce premier essai fonctionne, la Communauté de communes des Monts-du-lyonnais a fait savoir qu’elle souhaitait en développer d’autres.

• Céline Giraud

Contact

Communauté de communes des Monts-du-Lyonnais
Maison de l’Economie – Croix Bayard – 69930 Saint-Clément-les-Places
Marine Allain, Chargée de mission Commerce Artisanat Économie de proximité
04 81 18 45 05 / 06 88 38 73 05 / marine.allain@cc-mdl.fr
www.cc-montsdulyonnais.fr

Saint-Symphorien-sur-Coise en chiffres :

3 500 habitants
115 locaux d’activité
Un centre-bourg accessible et une capacité de stationnement de près de 500 places
2 195 emplois
Une zone de chalandise de près de 6 000 ménages et plus de 3 000 flux journaliers

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz